Index de l'article

RESEAUX DE RECHARGE, ACCES ET UTILISATION DES BORNES :

Dans toute l’Europe, le déploiement des bornes de recharge est en pleine expansion. Mais force est de reconnaître que même si un effort est mené depuis ces derniers mois, la France est en retard, que ce soit en nombre de bornes de recharge rapides en courant continu (DC) mais également en matière de qualité des bornes, y compris pour les nombreuses bornes en courant alternatif (AC) présentes sur son territoire.

Nous ne traiterons pas ici, même si elles existent, des bornes gratuites déployées par quelques villes (La Rochelle par exemple) ou par certains supermarchés (Leclerc et Lidl notamment). En effet, la démocratisation du V.E implique à terme leur disparition ou, au minimum, leur raréfaction.

Le cas particulier du réseau (réservé) Tesla ne sera pas évoqué non plus.

Accès aux Bornes de recharge :

Pour ne rien arranger, chaque collectivité (ville, département, région ou syndicats d’énergie) a déployé son propre réseau. Cela implique que les bornes installées sont de capacité variable mais surtout que l’accès à ces bornes nécessite, la plupart du temps, de posséder une carte d’identification propre à chaque réseau, voire de souscrire un abonnement payant. Le possesseur d'un V.E se voit donc contraint de posséder plusieurs carte d'accès différentes pour être en mesure de charger sur un maximum de bornes.

Notons cependant que la situation s’améliore rapidement en matière d’accès aux bornes. Même si elles sont rares aujourd’hui, de plus en plus de bornes permettront enfin d’utiliser et de payer directement avec sa carte-bleue. De plus, de nombreux opérateurs proposent une carte d’accès unique permettant de s’identifier sur la plupart des réseaux.

C’est le cas par exemple de Chargemap, de Freshmile, de ChargePoint ou encore de NewMotion (Shell). Cette facilité a cependant un coût puisque chaque opérateur prélève au passage des « frais de connexion » plus ou moins importants. C'est pourquoi, en fonction de sa zone de résidence, il est parfois judicieux de s'abonner à un opérateur qui exploite les bornes régionales ou celles des réseaux des syndicats d'énergie tel que MObiVE par exemple. L'abonnement permet de bénéficier d'un tarif réduit sur les bornes gérées par l'opérateur mais également sur celles gérées par d'autres opérateurs régionaux en fonction des accords passés entre eux (itinérance).

Le site et l’application Chargeprice propose une aide afin de connaître le coût d’une recharge sur une même borne en fonction de l’opérateur choisi.

Notez que les opérateurs cités proposent tous, sur leur site ou leur application, une carte permettant de localiser les bornes de recharge.

 

Les bornes de recharge AC.

Ce sont de loin les plus présentes sur le territoire, en ville comme dans les campagnes. Il suffit de consulter par exemple le site de Chargemap pour constater que le réseau de bornes AC est relativement dense, même si certaines régions peuvent être moins équipées que d’autres. Comme précisé plus haut, le standard T2 s'est imposé pour les connecteurs de recharge AC. Cependant il pourra arriver de tomber sur une borne équipée de connecteurs au standard T3C même s'il est abandonné aujourd'hui.

On l’a vu, les bornes AC sont également celles qui offrent la solution de recharge la moins rapide. Elles sont donc peu adaptées pour celui qui veut recharger vite pour poursuivre un voyage. Cependant, pour peu que l’arrêt ait été prévu pour correspondre au temps de prendre un repas par exemple, il est envisageable de recharger sur ces bornes pendant un voyage. Encore faut-il respecter quelques principes simples rappelés plus haut dans le chapitre "Du bon usage des bornes de recharge".

L’immense majorité des bornes AC proposent une charge dite accélérée c’est-à-dire avec une puissance de 7, 11, 18 ou 22 kW. Ces dernières étant les plus fréquentes. Certaines bornes proposent également une charge dite rapide, c’est-à-dire avec une puissance d’en général 43 kW.

Mais on l’a vu, la vitesse de recharge en AC de votre V.E dépend de la puissance de l’OBC installé. Une belle borne AC de 43 kW sera sous-employée si votre V.E est équipé d’un OBC limité à 7,2 kW. Dans ce cas, en une heure la borne ne vous permettra de charger au mieux que 7,2 kWh, quantité à apprécier en fonction de la consommation de votre V.E.

Les bornes AC de puissance supérieure à 22 kW sont toutes munies d’un câble permettant la connexion à la voiture. Pour les puissance inférieures, la borne n'est pas équipée d'un câble et il faudra utiliser son propre câble de recharge. Ce câble est généralement fourni en série avec la voiture mais certains constructeurs le proposent en option payante.

 

Les bornes de recharge DC.

Moins présentes en nombre que les bornes AC, les bornes de recharge en courant continu (DC) sont généralement placées le long des grand axes (nationales et autoroutes). On en trouve également dans certaines villes mais également sur certaines routes du réseau secondaires. Toutes les bornes DC sont équipées d'un câble dit "attaché" permettant la connexion à la voiture. Si cette solution évite la fastidieuse recherche du câble au fond du coffre de la voiture, elle ne dispense pas de s'assurer que le câble de la borne choisie est bien équipée d'un connecteur au standard compatible avec celui de la voiture (Combo CCS ou CHAdeMO).

Les bornes DC les plus présentes en France proposent une puissance de 50 kW et jusqu’à 100 kW. Cependant on assiste à la montée en puissance des opérateurs proposant des puissance plus conséquentes (150, 175 et jusqu’à 350 kW).

Permettant la recharge dite « rapide », elles sont particulièrement adaptées pour recharger rapidement avant de poursuivre un voyage sans perdre trop de temps. En fonction des capacités du V.E et de sa consommation, on pourra ainsi récupérer une autonomie importante en peu de temps.

Là encore, on l’a vu, il est important de connaitre la capacité maximale de recharge DC qu’autorise votre V.E. Si la puissance acceptée en DC par la voiture est limitée à 77 kW par exemple, vous pourrez toujours utiliser une borne proposant une puissance supérieure mais la puissance délivrée sera limitée par la voiture à 77 kW. Cela dit, se sera tout de même nettement plus rapide que la recharge sur une borne AC.

Revers de la médaille, selon le bon viel adage "le temps c'est de l'argent", les bornes DC sont celles qui, en général, pratiquent le tarif le plus élevé, qu'il soit calculé au temps de connexion ou au kWh rechargé. Le cas du réseau de bornes IONITY est symptomatique. Globalement équivalent au réseau des bornes Tesla en matière de puissance et de disponibilité, IONITY a récemment changé sa politique tarifaire. Alors qu'auparavant il facturait environ 8 euros la recharge quelle que soit sa durée, IONITY est passé à la facturation au kWh consommé. Ce système de facturation au kWh n'est pas condamnable en soi (c'est même le plus équitable), sauf que IONITY facture 0,79 euros pour chaque kWh consommé  (sauf pour les quelques propriétaires de V.E dont la marque a passé un accord avec IONITY). A ce tarif là, le coût des 100 km en V.E rest nettement plus important que celui des 100 km en V.T. Sauf à disposer d'un tarif réduit ou d'une situation financière confortable, l'utilisation du réseau IONITY doit être considéré comme exceptionnelle au même titre que, pour un V.T, le ravitaillement en carburant dans une station autoroutière.

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
1.png1.png7.png4.png8.png8.png4.png
2
visiteur(s)