Index de l'article

Documents administratifs, cartographie, hébergement, vous trouverez ici quelques détails sur la préparation de ce voyage.

 

Le carnet de passage en Douane :

cpd

 

Pour circuler en Iran avec un véhicule, il est impératif de présenter un Carnet de Passage en Douane (CPD) à l'entrée comme à la sortie du pays. En France, c'est l’Automobile Club de France qui est l'organisme habilité à délivrer ce CPD (Procédure ICI).

Retenez que dans le cas d'un CPD pour l’Iran, il faut verser une caution représentant 150% de la valeur vénale officielle du véhicule !!! Cela peut vite atteindre une grosse somme.  La caution est encaissée lors de la délivrance du CPD et elle est restituée au retour du voyage. De plus, la délivrance du CPD est payante (225 euros en 2017).

 

 

Ne voulant pas verser une telle caution, j'ai décidé de recourir aux services d’Hossein, un jeune iranien qui s’est, notamment, fait une spécialité de cette formalité. Contre un virement d’environ 350 euros, il vous réceptionne à la frontière à l’entrée et vous obtient un CPD pour la durée du séjour. Puis il vous accompagne à la frontière à la sortie. Nous n’avons été ni les premiers ni les derniers à passer par Hossein et il n’y a aucun problème.

Inconvénient de cette formule: Il est impératif d'entrer par l’Arménie (Agarak/Nordooz). Or, les relations turco-arméniennes étant ce qu’elles sont, il n’est pas possible de passer directement de la Turquie à l’Arménie. Le passage par la Géorgie s’imposait donc. Ce n’était pas pour me déplaire mais c’est une particularité à prendre en compte si vous êtes contraints par le temps.

Renseignements: Site Internet d'Hossein.  - Bon savoir: Les parents de Hossein tiennent une Guest-House à Urmia (Ourmia) à l'ouest de Tabriz.

 

Carte d'identité, passeport et Visa.

passeport

En fonction de ce qui pécède, notre trajet nous faisait traverser les pays suivants: A l’aller : Espagne, Portugal, Italie, Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine (couloir BIH), Monténégro, Albanie, Grèce, Turquie, Géorgie, Arménie et enfin Iran.Le retour s’effectuait par la Turquie, la Grèce puis l’Italie par le Ferry Igoumenista-Ancône.

La consultation du très pratique site du ministère des affaires étrangères nous a permis de constater que le seul pays a exiger un visa était l'Iran. De même, à part l'Iran, il aurait été possible de travers tous les autres pays sans passeport, uniquement avec la carte d'identité à jour. Le visa iranien peut être demandé auprès de l'ambassade d'Iran à Paris (procédure ICI). Dans ce cas,le déplacement à Paris est obligatoire puisque l'ambassade procède à une prise d'empreintes digitales.

Nous avions choisi de partir sans visa et de le demander à Tbilissi, en Géorgie. Pour 20 euros, Hossein nous avait fourni un numéro de référence du ministère des affaires étrangères iranien.  Nous avons obtenu notre visa en 3 jours à l'ambassde d'Iran à Tbilissi contre le versement des 50 euros réglementaires,.

A noter: Il est impératif de fournir un document prouvant que vous êtes détenteur d'une assurance rapatriement du type Europ-Assistance. Ce document s'obtient sans difficulté sur le site de votre carte bancaire. 

 Permis de conduire.

permis conduire international

Certains pays exigent que vous deteniez non seulement votre permis de conduire national, mais également un permis international de conduire. Depuis septembre 2017 la procédure a changé et les démarches ne se font plus auprès des préfectures mais auprès d'un centre national. Ce document s'obtient gratuitement.et sans difficulté autre que les délais d'environ 11 semaines. Voir la procédure ICI.

 

 

Carte grise, assurance véhicule (carte verte).

validite territoriale assurance moto

Hors d'Europe, la présentation de la carte grise du véhicule comme de la carte verte d'assurance est exigée. Pour chaque pays traversé, assurez-vous que la case correspondante du tableau de validité territoriale n'est pas barrée. Dans le cas contraire, votre assurance ne vous couvre dans ce(s) pays.

Il vous reviendra alors de souscrire une assurance lors du passage à la frontière pour la durée de votre séjour (généralement une vingtaine d'euros). Pour l'Iran, j'étais également passé par Hossein qui, pour 25$ par moto, nous avait fourni une assurance valable un mois.

 

Cartographie.

carte iranJ'étais bien évidemment équipé d'un GPS.

Malheureusement, ni Garmin ni TomTom ne proposent de cartographie de l'Iran.

Cependant, l'avantage de garmin par rapport à TomTom, c'est que vous pouvez "injecter" dans le GPS des cartes OpenStreet Map, libres de droit. J'ai donc utilisé mon vieux Zumo 660 dans lequel j'avais injecté la cartographie de l'Iran téléchargée sur l'excellent site Garmin.openstreetmap.

Cela-dit, j'ai toujours pris l'habitude d'avoir la cartographie papier des pays dans lesquels je voyage. Pour trouver ces cartes parfois difficiles à dénicher, j'ai utilisé le site de "La compagnie des cartes" qui dispose d'un choix important de cartes en tout genre.

 

Hébergement.

La durée prévue du voyage était de 3 mois, soit environ 90 nuits. Pour moi il était financièrement inenvisageable de passer 90 nuits à l'hôtel ou même en chambre d'hôtes, notamment en Europe.

Nous avions donc choisi de privilégier le plus possible la solution camping, sauf dans les pays où l'hôtel et les chambres d'hôtes sont très abordables. C'est notamment le cas en Turquie, en Géorgie, en Arménie, et en Iran. Cette solution m'a permis de rester sans problème dans l'enveloppe "hébergement", prévue à 20 euros/jour en moyenne.

 

Argent et Change en Iran.

Remarque importante: En Iran, votre carte bancaire ne vous sera d'aucune utilité. Pensez-donc à emmener suffisamment d'argent liquide pour la durée de votre séjour. Les Euros s'échangent sans problème dans toutes les moyennes ou grandes villes. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à utiliser les services des nombreux changeurs de rue qui pratiquent un taux plus intéressant. N'oubliez cependant pas de vérifier le taux officiel pratiqué dans les boutiques de change et de comparer. N'hésitez-pas non plus à marchander. J'avais emmené du liquide en billet de 50 et 100 euros, plus faciles à changer vu le cours de la monnaie locale: 1 euro = 42 000 rials lors de notre voyage. Attention, le taux varie fréquemment (1 euro = 46 000 rials en février 2018). Lorsque j'avais besoin de changer des euros, j'avais pris pour habitude d'utiliser auparavant, sur mon smartphone, une application de conversion de devise en profitant d'une liaison wifi à l'hôtel. Je n'ai pas d'intérêt dans cette application, mais c'est celle qui m'a le plus convaincu.

txchange3  txchange1  txchange2

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec un tel taux, on se promenait avec des liasses de billets dans les poches. En effet, si vous changiez 50 euros, vous vous retrouviez avec 2,1 millions de rials dans la main.... Il existe une multitude de billets qui vont jusqu'à 500.000 et 1.000.000 de rials. Il est souvent difficile au début de bien mesurer la valeur du prix que l'on vous demande.

Par exemple, 10 litres d'essence valaient 100.000 rials!!! Soit 10.000 rials le litre. Une chambre d'hôtel de bon voire très bon niveau se négociait assez facilement à un prix entre 650.000 et 840.000 rials. Impressionnant non?

Mais en fait ça représentait environ 25 centimes d'euro le litre d'essence et entre 15 et 20 euros la chambre d'hôtel!

Du coup il m'est fréquemment arrivé de marquer un moment de recul lorsqu'on me demandait 10.000 rials pour une bouteille d'eau. Avant de réaliser que celait représentait 0,25 euro. Et je ne vous explique pas ma honte à l'hôtel devant la tête du porteur de mes bagages, lorsque j'ai réalisé ce que représentaient les 10.000 rials de pourboire que je lui avais donnés...

Même les iraniens ont des difficultés à jongler avec de tels chiffres. Aussi, en 2016, ont-ils créé le Toman (prononcez Tomane). Un Toman vaut 10 rials. Difficile à comprendre au début. Surtout que pour commercer ils utilisent une autre unité informelle qui vaut 1000 Tomans. Par exemple, un chauffeur de taxi vous demande "10", il s'agit de 10.000 tomans, soit 100.000 rials soit...2,38 euros.

Devant tout ça, on peut facilement se sentir perdu. Pour ma part avant tout discussion j'avais deux réflexes:

1-Me souvenir que, pour simplifier, 40.000 rials c'était moins d'un euro (400.000 rials moins de 10 euros, etc.....).

2- Faire préciser systématiquement l'unité utilisée. Rial? Toman?

Enfin, sachez que j'ai trouvé les iraniens foncièrement honnêtes avec les touristes. Il est fréquemment arrivé que l'on me rende mon trop gros billet pour en prendre un plus petit parmi les billets dont je disposais. La seule fois où nous avons été "pris pour des touristes", c'était le deuxième jour à Tabriz en achetant un sandwich. Le prix demandé avait visiblement été multiplié sans que je m'en aperçoive. Alors que je m'éloignais pour manger discrètement mon sandwich, un iranien qui avait fait la queue derrière moi m'a abordé pour me fait comprendre que j'avais été abusé et que ce n'était pas normal. Pour un peu c'était lui qui s'excusait...

 

Le ramadan, le foulard et les femmes en Iran.

En général, lors du séjour dans un pays musulman, il est important de vérifier les dates de début et de fin du ramadan dans la mesure où celui-ci influe sur les pratiques locales. Cependant, nous avions décidé d'éviter les fortes chaleurs de l'été iranien et d'y séjourner à peu-près du 20 mai au 20 juin. Or, en 2017 les dates du ramadan avaient été fixées du 27 mai au 24 juin. Nous savions donc au départ que nous aurions une seule semaine sans ramadan. Mais, comme nous avions pris un peu de retard, nous ne sommes entrés en Iran que le 28 mai. Autrement dit, tout notre séjour en Iran a été effectué pendant le ramadan. Ce qui signifie que, dans leur immense majorité, les cafés et les restaurants sont fermés jusqu'à environ 21 heures tous les jours. Le ramadan a également un impact sur l'activité des habitants dans les villes qui ne s'animent que le soir. 

Pas d'inquiétude cependant. D'une part, les iraniens n'imposent pas aux étrangers de suivre les prescriptions du ramadan. D'autre part, il est appliqué avec une certaine souplesse. Par exemple, les routiers ou les voyageurs peuvent évidemment manger ou boire pendant la journée. Par exemple, le long des routes, nous avons très fréquemment vus des chauffeurs accroupis à l'ombre de leur camion pour manger et boire discrètement. De même, certains restaurants nous acceptaient dans la journée en nous installant dans un coin discret de la salle. Enfin, la majorité des boutiques d'alimentation est ouverte dans la journée. Nous avons donc facilement pu acheter à boire où à manger. D'une manière générale, il suffit d'appliquer des principes évidents de tolérance et de politesse, en évitant de manger et boire devant des iraniens dans la journée. Pour cela, une boutique, un recoin ou un banc à l'écart sur une place font parfaitement l'affaire.

voile3En ce qui concerne le port du voile, il faut savoir que, sauf dans les endroits reculés, la grande majorité des femmes, très coquettes, le portent d'une manière "souple" et élégante. Très reculé sur l'arrière de la tête, le voile laisse en effet voir la totalité du visage, généralement maquillé, et une bonne partie des cheveux. Bien sûr, même dans les grandes villes vous croiserez des femmes en burqa intégrale. Mais elles cohabitent sans heurt avec les femmes "modernes" qui, notamment pour les plus jeunes, s'affranchissent ouvertement du code vestimentaire trop rigoriste.

voile1  voile6

voile9

voile2

 

voile5Puisque notre petit groupe comportait une femme, la question du port du foulard s'était bien évidemment posée. En fait, elle a été très facilement réglée. Lors de nos balades en ville, Béa portait une simple casquette ou un léger voile, à la manière l'iranienne. Il est fréquemment arrivé qu'elle ne le porte pas dans les hôtels et restaurants. La seule fois où elle a eu une remarque, c'était dans le restaurant d'un hôtel, de la part de la gérante et très poliment. Sur la route, lors des nombreuses séances photos que l'on nous demandait pendant nos arrêts, Béa faisait sensation dès qu'elle enlevait son casque.  C'était la star du groupe et elle a eu beaucoup de succès auprès des hommes comme des femmes.

Les iraniennes n'hésitent pas aborder les touristes en pleine rue pour leur demander ce qu'ils pensent de leur pays et des habitants. Comme en Occident, elles n'hésitent donc pas à discuter avec un homme, même s'il est inconnu. Elles suivent des études, travaillent, ont le droit de conduire (et adorent ça), et font également du stop sur les ronds-points comme tous les iraniens. Dans leurs activités, elles n'ont pas l'obligation d'être accompagnées d'un homme de leur famille. On est donc loin d'une application rigoriste de l'Islam comme en Arabe Saoudite par exemple.

La suite-- > "Préparation du circuit iranien"                                              

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
0.png9.png7.png5.png1.png6.png0.png
3
visiteur(s)